Home

Réaction retardée
"If we orient ourselves predominantly by intension or verbal definitions, our orientations depend mostly on the cortical region. If we orient ourselves by extension or facts, this type of orientation by necessity follows the natural order of evaluation, and involves thalamic factors, introducing automatically cortically delayed reactions. In other words, orientations by intension tend to train our nervous systems in a split between the functions of the cortical and thalamic regions; orientations by extension involve the integration of cortico-thalamic functions.
Orientations by extension induce an automatic delay of reactions, which automatically stimulates the cortical region and regulates and protects the reactions of the usually over-stimulated thalamic region."
Alfred Korzybski, Science and Sanity, Introduction to the second edition, Int'l Non-A Pub. Co. (1941).

Il ne s'agit pas tellement ici de se dire qu'il faut "tourner sept fois sa langue dans sa bouche" avant de parler: les processus neuro-linguistiques se sont déjà activés lorsque nous en arrivons à ce stade. Il ne s'agit pas non plus d'une sorte de réflexion prolongée, d'indécision, d'hésitation, etc. Si vous mettez la main sur une surface brûlante, aucun processus neuro-sémantique ne vous empêchera de l'enlever en vitesse. Par contre, une réaction retardée vous permettra d'éviter de crier, si le faire pouvait vous mettre en danger par exemple.

La réaction retardée est un processus automatique et naturel induit par l'orientation extensionnelle, celle-ci nous conduisant à visualiser les processus, à 'penser' en termes de 'faits', etc.

Quand nous nous orientons principalement par intension ou suivant des définitions verbales, nos orientations dépendent principalement de la zone corticale. Quand nous nous orientons par extension ou d'après les faits, nos orientations suivent nécessairement l'ordre naturel d'évaluation et font intervenir des facteurs thalamiques, introduisant automatiquement des réactions différées par le cortex. Autrement dit, les orientations par intension tendent à entraîner notre système nerveux à séparer les fonctions des zones corticales et thalamiques; les orientations par extension suscitent l'intégration des fonctions cortico-thalamiques.

Les orientations par extension induisent un délai automatique des réactions qui stimule automatiquement la zone corticale, régule et protège les réactions de la zone thalamique, habituellement sur-stimulée.

Alfred Korzybski, Science et Sanité, Introduction à la deuxième édition

 Erreurs typiques sur la réaction retardée 

La plupart des erreurs consistent à confondre réaction retardée avec des conseils traditionnels du type "pensez-y à deux fois", "tournez la langue sept fois dans votre bouche", etc. C'est assez drôle puisque même des animaux ont des réactions retardées, alors qu'ils seraient incapables d'apprendre à "tourner leur langue." Un chat qui ne bondirait pas de loin pour essayer d'attraper un oiseau, mais qui se baisserait et avancerait doucement jusqu'à arriver à portée, aurait retardé avec succès sa réaction instinctive à la vue de l'oiseau.

Un autre exemple frappant nous vient d'une expérience scientifique récente sur les jeux de hasard. L'étude suggérait que dans de nombreuses situations, notre cerveau sautait sur une conclusion. Ceci montre l'incapacité du thalamus seul (et dans ce cas précis du cortex anterieur cingulate) à évaluer correctement la situation. Bien sûr, un retard dans la réaction peut aider le cortex à faire un meilleur calcul et, par rétroaction, corriger l'evaluation incorrecte.


© ESGS, 2002.